#FierdeTroyes (1)

Capitale historique de la Champagne, au cœur de l’Aube, Troyes et son agglomération rayonnent au sein de la région Grand-Est et créent un pont entre Paris et Strasbourg. Ce territoire regroupant 81 communes sur 890 km2 à la qualité de vie prisée par ses 170 000 habitants, connu pour son patrimoine industriel, ses magasins d’usines et grands lacs, cache bien d’autres trésors : gastronomie, environnement verdoyant, vitrail, maisons à pans de bois…

En octobre 2018, la Ville de Troyes lance alors une opération de marketing territorial visant à renforcer l’attractivité nationale de notre territoire !

Parce que les atouts de Troyes, ce sont bonne humeur, convivialité, créativité et réussite dans un écrin privilégié, à 1h30 de Paris.

Parce que Troyes, c’est aussi de nombreux talents, la campagne #FierdeTroyes joue sur la mise en scène de ceux qui sont Troyes et qui font Troyes, témoignant des divers savoir-faire de notre cité. Pour cette campagne, cinq personnalités se sont prêtées au jeu du shootings photos décalés, dans des lieux emblématiques de la ville, reflétant ses richesses patrimoniales et la variété de ses paysages (urbains, verts, etc.), assurés par le duo de photographes Le Bonheur des Gens.

Retrouvez ainsi :
  • Benjamin Nivet, capitaine de l’Estac au Parc… des Moulins ; 20 hectares de nature gérés durablement à 10 minutes du centre historique de Troyes ;
  • Clémence Wurtz, créatrice des bodys Flair « Osez la liberté, vivez en body », sur les quais de Seine ;
  • le peintre Mister Oizif et son tableau Dark Vador – Que la force soit avec Troyes, devant les incontournables maisons à pans de bois colorées de la rue Émile-Zola, artère principale de la ville ;
  • le chocolatier (MOF et Champion du Monde !) Pascal Caffet à la Maison de l’Outil et de la Pensée Ouvrière ; musée singulier des Compagnons du Tour de France regroupant 12 000 outils dans un hôtel particulier Renaissance
  • Jean-Louis Humbert, professeur agrégé d’Histoire, qui a retrouvé le Cheval de Troyes (sic) du côté de la Villa Moderne, quartier XIXe dont l’architecture typique de l’industrie bonnetière est protégée.

Troyes achève sa mue engagée depuis 20 ans avec la requalification des espaces publics et la mise en valeur de son patrimoine exceptionnel ; entrainant la redécouverte de la fierté de ceux qui y vivent. Les Troyens, ceux qui y sont nés, ceux qui ont choisi de s’installer à Troyes ou d’y revenir sont les meilleurs ambassadeurs de la capitale historique de la Champagne.

Aujourd’hui, nous sommes #FierdeTroyes et invitons les habitants des autres territoires à venir en découvrir les multiples raisons.

Le peintre Mister Oizif et son tableau Dark Vador - Que la force soit avec Troyes...

… devant les incontournables maisons à pans de bois colorées de la rue Émile-Zola, artère principale de la ville.

« J’ai souvent cette phrase qui dit “puisque je suis artiste peintre et non pas écrivain je laisse mes tableaux parler”… C’est à travers cet art que j’essaye de transmettre mes joies, mes tristesses, mes humeurs, mes amours…
La peinture est donc pour moi un mode de vie avec ses réussites mais aussi ses déceptions, douter, rechercher l’originalité, recommencer, s’en vouloir, s’épanouir tant de sentiments mélangés jusqu’à ce que le résultat soit à la hauteur de mes attentes… Être bien entouré dans la vie quotidienne et la musique sont deux facteurs essentiels à mes créations.
Troyes est la seule ville que j’ai réalisé en peinture, un paysage réalisé à l’instinct un soir sur un carton noir faisant ressortir de façon coloré les maisons en pans de bois comme une envie soudaine de rendre hommage à son état d’esprit, son architecture, son originalité qui m’a surpris dès mon arrivée il y a plus de 10 ans maintenant. » Cédric Clerc, alias Mister Oizif

 

Clémence Wurtz, créatrice des bodys Flair « Osez la liberté, vivez en body », sur les quais de Seine

« J’ai 29 ans. Originaire de Troyes, j’y ai passé toute mon enfance jusqu’à mes 18 ans. J’ai ensuite quitté la ville pour faire mes études aux Etats-Unis et à Paris. Quand j’ai créé Flair, après 3 ans passés en marketing chez Uber, c’est donc tout naturellement que j’ai décidé de tout faire produire dans ce bastion historique du textile français : produits, packaging et étiquettes. Même si je n’y vis plus, c’est toujours avec joie que je rentre dans ma ville natale pour me ressourcer ! »

 

Jean-Louis Humbert, professeur agrégé d’histoire, ardent défenseur et connaisseur du patrimoine, surtout 19e

« Professeur d’histoire-géographie, j’ai eu à cœur de contribuer à faire découvrir et aimer les richesses du patrimoine troyen à mes élèves et étudiants, en cours et lors de nombreuses sorties de terrain.
Membre actif de nombreuses associations, j’ai eu à cœur de valoriser le patrimoine troyen du XIXe siècle par des conférences, des expositions, des émissions de télévision et de radio et par l’information culturelle à travers des livres et des articles et l’édition de la revue La Vie en Champagne.
En bref, fier d’être Troyen, je souhaite contribuer à l’enrichissement culturel de mes concitoyens en valorisant des lieux comme la Villa Moderne, bel exemple de lotissement bourgeois privé mis en œuvre à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par deux industriels de la bonneterie. »

#FierdeTroyes c’est…

  • 50 affiches dans Troyes pendant les Nuits de Champagne
  • Un film de 12 secondes diffusé au cinéma CGR
  • Une diffusion de ce même film sur les replay de TF1, soit 416 666 spots
  • Des relations presse au niveau national
  • Un partage inestimable sur les réseaux sociaux…

À partager !

Vous aimez Troyes ?
N’hésitez pas à nous rejoindre et à partager la campagne #FierdeTroyes sur les réseaux sociaux !